archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

Modalités de consultation des archives rue Jeannin et à l'annexe à compter du 30 novembre 2020 :
Nous reprenons le fonctionnement qui a prévalu entre le 20 juillet et le 29 octobre dernier (inscription et réservation de documents), mais avec des jauges plus basses : 10 chercheurs rue Jeannin, 3 chercheurs à l'annexe le vendredi matin.
L'exposition "Oflag" sera visible, en revanche nos manifestations culturelles (cours, conférences, concerts) ne reprendront pas avant le 15 décembre. Ces jauges seront éventuellement revues à compter du 15 décembre, en fonction du contexte sanitaire et des consignes nouvelles.

Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

Les automates de Jacques Monestier (2016)

Auteur : Jacques Monestier
Présentation : 6 - 29 octobre 2016

Monsieur Jacques MONESTIER est un artiste français ayant reçu une formation tant technique (école Bréguet) qu'artistique (Beaux-Arts de Paris) et dont les oeuvres renouvellent l'art ancien des automates. Ses créations se basent sur d'importants travaux préparatoires (étude de la dynamique et du mouvement des corps, animaux comme humains, nombreux schémas et dessins d'étude) et s'attachent avant tout à atteindre la plus grande fluidité possible au niveau des mouvements. Ses créations les plus significatives sont : l'horloge monumentale « Le défenseur du temps », installée dans le quartier de l'horloge, à Paris, non loin du Centre d'Art Contemporain Georges Pompidou mais également, « Le grand marionnettiste » installé à Charleville-Mézières ou encore, « Le grand escaladeur », autre horloge monumental réalisée pour le compte de la Chambre des arts et des métiers du Val d'Oise. Exposé à Paris, Montréal, Naples, Florence, Venise, Rome, Milan mais également Cergy-Pontoise, L'Isle Adam ou Vannes, Jacques Monestier, désormais installé en Côte-d'Or, a reçu, tout au long de sa carrière, de très nombreuses récompenses pour son travail (médaille d'or du sixième salon international de Genève en 1977, Oscar du mécénat d'entreprise, Prix spécial du jury en 1985 ou encore Grand prix des métiers d'art d'Ile de France en 1981 et ce ne sont là que quelques exemples). Il reçut également, en 1993, le prix Handica pour la prothèse de main qu'il a créée non en médecin mais bien en tant que technicien et surtout artiste et qui équipe actuellement plusieurs personnes amputées.

L'exposition qui s'est tenue dans les locaux des Archives départementales de la Côte d'Or du 6 octobre au 29 octobre 2016 a permis d'avoir une vision quasi-rétrospective de ses créations. Un véritable voyage dans le temps au pays des automates.

Consulter l'exposition virtuelle