archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

La salle de lecture de la rue Jeannin et celle de l'annexe sont ouvertes au public selon des modalités adaptées à la crise sanitaire.
ATTENTION : places limitées, réservation obligatoire ; pour en savoir plus, cliquez sur le carrousel ci-dessous.
 
"La rentrée continue ! Après les cours de latin et de paléographie (niveau confirmé et paléographie de la fin du Moyen Age), ce sont les cours de paléographie pour les débutants et les intermédiaires qui vont reprendre la semaine prochaine (mardi 29 septembre à 17 h pour les intermédiaires et mercredi 30 septembre à 14 h pour les débutants). Pour des raisons d'organisation, les Archives départementales auraient besoin de connaître le nombre approximatif de personnes qui envisagent de suivre ces cours. Merci à celles et ceux qui sont intéressés de bien vouloir se signaler auprès du secrétariat (par mail : archives@cotedor.fr ou par téléphone : 03 80 63 66 98).
Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

La négation de l'homme dans l'univers concentrationnaire (2017)

Documents des Archives départementales de la Côte-d'Or présentés dans le cadre du Concours National de la Résistance et de la Déportation

Au printemps 1945, alors que les Alliés avancent en territoire allemand, les camps de prisonniers et les camps de concentration sont libérés les uns après les autres[1]. A partir de la fin du mois d'avril, des trains rapatrient tous ceux dont l'état physique le permet.

Suivant les instructions données par le commissaire divisionnaire de Dijon, « chaque arrivée de convoi donne lieu à l'établissement en deux exemplaires d'un compte rendu »[2]. Ces documents, établis systématiquement par des fonctionnaires des Renseignements généraux, donnent des détails pris sur le vif de la vie concentrationnaire. Il s'agit d'interviews faites à la descente des trains en gare de Dijon ou au retour des déportés dans leur ville d'origine. Ils comportent parfois des erreurs concernant l'orthographe des noms de lieux, mais ils rendent compte des sentiments des rapatriés et constituent un témoignage de la négation de l'homme dans l'univers concentrationnaire.

[1] Annette Wieviorka, 1945, La découverte, Seuil, Paris, 2015.
[2] ADCO, 40 M 264, note manuscrite du 25 avril 1945.

Consulter l'exposition virtuelle