archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

Les salles de lecture et d'exposition seront fermées au public le vendredi 16 août (toute la journée) et le lundi 9 septembre 2019 (à partir de 12 h 45).
En raison des travaux d'agrandissement de l'annexe (quai Gauthey), certaines séries de documents sont incommunicables. Pour plus de renseignements, merci de contacter l'accueil de la salle de lecture (03 80 63 64 45).

Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

Histoire de sceaux

Auteur : Pierre Herbelin
Présentation aux Archives départementales : mars - décembre 2012.

Depuis la plus haute Antiquité, le sceau a été la marque de propriété, d'identité ou d'autorité permettant d'authentifier un objet, un acte public ou privé. Il a précédé l'apparition de l'écriture. Employé par les Mésopotamiens, les Hébreux, les Egyptiens, les Grecs et les Romains, il s'est répandu dans toutes les couches de la société à partir du Xe siècle. Son âge d'or se termine au XVle siècle avec l'arrivée de la signature manuelle, le remplacement du parchemin par le papier et la généralisation du notariat. Cependant, aujourd'hui encore, notre ministre de la justice, également « garde des sceaux », fait apposer le grand sceau de l'Etat au bas des textes constitutionnels.

L'une des tâches des Archives consiste à situer, répertorier les sceaux, à les analyser, les conserver et, parfois, les reproduire pour les mettre à disposition du public et des chercheurs.

Mais il est utile d'aller au-delà encore et de proposer à la connaissance du plus grand nombre l'existence de ces petits chefs-d'oeuvre et leur usage. En effet, la science des sceaux, la « sigillographie », reste un domaine souvent réservé à quelques initiés. Or le sceau est un support qui livre une multitude d'enseignements sur l'architecture, le costume, l'armement, l'évolution des techniques des siècles passés.

Ces fragiles galettes de cire ou de plomb, d'une très grande variété, sont d'autant plus précieuses qu'elles sont datées par le document auquel elles sont attachées.

Ainsi le but de cette exposition est-il, tout d'abord, de faire oublier au grand public les clichés imposés par les images des films qui se veulent historiques. Il s'agit ensuite de susciter et d'accroître l'intérêt pour l'Histoire, essentiellement médiévale, par la connaissance d'un support inconnu de beaucoup et qui mérite mieux que le titre de « auxiliaire de l'Histoire », alors qu'il est un matériau pédagogique indispensable. Enfin, au delà de la stricte observation des sceaux, le visiteur pourra apprécier les qualités physiques et esthétiques de quelques parchemins, dans leur matière, leur taille, leur écriture, leur contenu et leur capacité à traverser les siècles jusqu'à nous. En les observant de près, on ne peut s'empêcher de se demander si, lorsqu'elles auront l'âge atteint aujourd'hui par ces documents, les traces écrites que nous laisserons de nos actes seront dans un aussi bel état...

Exposition ouverte aux visiteurs, Hall des Archives et salle d'exposition, 8 rue Jeannin, Dijon, du lundi au vendredi, de 9 h 00 à 17 h 00, de mars à décembre 2012.

Télécharger le catalogue