archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

La salle de lecture de la rue Jeannin et celle de l'annexe sont ouvertes au public selon des modalités adaptées à la crise sanitaire.
ATTENTION : places limitées, réservation obligatoire ; pour en savoir plus, cliquez sur le carrousel ci-dessous.
 
"La rentrée continue ! Après les cours de latin et de paléographie (niveau confirmé et paléographie de la fin du Moyen Age), ce sont les cours de paléographie pour les débutants et les intermédiaires qui vont reprendre la semaine prochaine (mardi 29 septembre à 17 h pour les intermédiaires et mercredi 30 septembre à 14 h pour les débutants). Pour des raisons d'organisation, les Archives départementales auraient besoin de connaître le nombre approximatif de personnes qui envisagent de suivre ces cours. Merci à celles et ceux qui sont intéressés de bien vouloir se signaler auprès du secrétariat (par mail : archives@cotedor.fr ou par téléphone : 03 80 63 66 98).
Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

La Belle époque

Auteur : Exposition conçue par Didier et Michèle Perrin, professeurs chargés du service éducatif, et montée par les Archives départementales.
Présentation aux Archives départementales : juin-septembre 2014

Une carriole, tirée par un paisible mulet, s'avance seule sur la place du Trente-Octobre, à Dijon. Les nuages pommelés et les feuilles des arbres de la rue Paul Cabet, en arrière-plan, annoncent une belle journée d'été. Mais la statue de la France, juchée au sommet du monument commémoratif de la guerre de 1870-1871, regarde vers l'Est. La France du début du XXe siècle prépare la Revanche.

Cette France est alors majoritairement rurale ; le journal de Guillaume Rodier, vigneron dans la région de Nuits-Saint-Georges, est une belle chronique des travaux et des jours. Les archives de l'école d'Aisy-sous-Thil montrent l'effort de la Troisième République en faveur de la scolarisation ; les nombreux absents du registre d'appel prouvent aussi que l'école est, dans des campagnes où les travaux des champs demandent une main-d'oeuvre abondante, la variable d'ajustement. Les besoins des campagnes ou des chantiers de chemins de fer suscitent d'ailleurs l'immigration d'une main-d'oeuvre européenne bien intégrée.

La ville de Dijon est ceinturée par la campagne, mais son tissu comprend ateliers et usines (par exemple l'outillage Lachèze). Des efforts sont faits pour la salubrité des logements et pour l'adduction d'une eau propre à la consommation - les eaux des rivières ou des canaux étant, quant à elles, utilisées pour la lessive et les tanneries. Les grèves ouvrières montrent l'aspiration à une démocratie sociale.

La querelle entre laïques et catholiques connaît à Dijon un épisode d'ampleur nationale, avec l'affaire Le Nordez, qui nous vaut une belle série de caricatures anticléricales. Les loisirs et les sports s'organisent, grâce aux associations de pêcheurs ou de cyclistes, qui portent des noms pittoresques : la Gaule de Beaune, la Loutre de Seurre, la Joyeuse pédale dijonnaise.

Archives administratives (immigration, école, association), documentation commerciale et industrielle, photographies inédites (notamment les plaque de verre de la collection Cunin) offrent un panorama complet et vivant de la Belle Époque en Côte-d'Or.

Cette époque n'apparaîtra « belle » qu'en comparaison de l'horreur des tranchées. Alors que la France commence de commémorer la Grande guerre, les Archives départementales de la Côte-d'Or présentaient, en cet été 2014, l'état du département à l'été 1914 - le plus somptueux de l'avant-guerre.

Consulter l'exposition virtuelle