archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

La salle de lecture de l'annexe, 41 quai Gauthey, sera fermée exceptionnellement au public le vendredi 26 juillet 2024.

Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

Janvier-Février - La Nièvre à Dijon

Comment expliquer la présence si nombreuse de documents nivernais aux Archives départementales de la Côte-d’Or ? Le comté de Nevers fait partie des États bourguignons sous les ducs Valois, puis le Nivernais s’en détache, mais garde une frontière avec la Bourgogne ; certains gentilshommes morvandiaux, dont les archives sont à Dijon, ont des biens de part et d’autre. Au XXe siècle, la régionalisation incorpore la Nièvre à la Bourgogne, de sorte que c’est à Dijon que sont prises des décisions qui impactent la vie des Nivernais. Cet ensemble a été exposé le 18 octobre 2023 à l’occasion de la visite de la CAMOSINE (Caisse pour les monuments et les Sites de la Nièvre).
 

 

Compte de Pierre Chandeol, châtelain de Decize (Nièvre), Gannay-sur-Loire (Allier) et Champvert (Nièvre)

Le compte donne notamment le détail des frais engagés par la châtellenie pour les vendanges 1357, qui commencent le mercredi avant la Sainte-Croix, c’est-à-dire le 13 septembre, par le « cloux dessoubz le chastel ». La suite du compte détaille les jours où sont vendangées les vignes, chacune appellées par leur nom : « Brimeteaul », « de Vauzelles », « le clox de Champnelles », etc. Ce sont toutes les opérations des vendanges (y compris la logistique et la nourriture des ouvriers) qui sont ainsi détaillées dans la comptabilité.




B 4406
ADCO, B 4406 - 1357

Compte de Jehan de la Tour, châtelain de Donzy, Entrains et Saint-Sauveur

B 4626
ADCO, B 4626 - 1375-1381

Du château médiéval de Donzy, seule une grosse tour ronde semble remonter au Moyen Âge. Mais les comptes permettent de connaître le détail des travaux successifs qui y ont été pratiqués. En 1376-1377, par exemple, le compte nous apprend que le couvreur Étienne Darnou a couvert « tout a neuf le donghon du chasteau de Donzi » ; il y a mis « 15 toises de festieres et 60 cornelieres ».


Compte de Gui Quarrel, receveur du Nivernais

À partir de la mort de Louis III de Mâle (« Monseigneur de Flandres, dont Dieu ait l’ame », comme l’indique le compte), le comté de Nevers passe aux ducs Valois de Bourgogne par la duchesse Marguerite, épouse de Philippe le Hardi. C’est à eux que le receveur de Nivernais rend ce compte.
Le 23 octobre 1384, on achète à Jehan de Cressi « unz cent de quartiers et quatre granz piarres pour faire une closture (...) ou revestiere et secrestainerie de l’eglise des freres meneurs de Nevers a mectre et garder les chartres, lettres et escriptz de la conté de Nevers et baronnie de Donzi ». Autrement dit, on aménage, dans la sacristie de l’église des Franciscains de Nevers, une sorte de local pour les archives comtales. Les archives nous parlent parfois des archives...

B 5504
ADCO, B 5504 - 1383-1384


Comptes de Regnault Burdelot, châtelain de Clamecy

Cet article est formé de cinq cahiers de comptes annuels reliés entre eux. Parmi les recettes on trouve la « vente » des rivières à des pêcheurs, qui afferment le monopole de la pêche contre un prix fixe, en général pour un bail de trois ans. Par exemple, Regnault Grand, pêcheur, « achète » la rivière de Châtillon du 24 juin 1399 au 24 juin 1402, pour 7 livres 15 sous, soit 51 sous et 8 deniers par an.



B 4347

ADCO, B 4347 - 1398-1403


Procès entre le seigneur de Juillenay et les habitants des deux villages de Juillenay : le Bourguignon et le Nivernais !


29 F 92
ADCO, 29 F 92 - 1741

La communauté des habitants joue sur la division de la paroisse en deux parties (l’une en Nivernais dans le ressort du Parlement de Paris ; l’autre en Bourgogne dans le ressort du Parlement de Dijon) pour s’opposer à la plantation de bornes par le seigneur. Les habitants ont bien compris qu’avoir deux maîtres était un moyen de n’en avoir pas... mais Étienne-Philibert Debadier, seigneur de Juillenay, ne l’entend pas de cette oreille, et il plaide.


Acte de foi et hommage au Roi par Charles François Elzear, baron de Vogüé, pour sa terre et seigneurie de la Nocle

Cette seigneurie bourguignonne est à la frontière du Nivernais. Aujourd’hui elle est située dans la commune de La Nocle-Maulaix (Nièvre), frontalière du département de la Saône-et-Loire. Le seigneur de la Nocle rend hommage au roi de France pour sa seigneurie.

32 F 286
ADCO, 32 F 286 - 1776


Discours tenu aux cadres des aciéries d’Imphy par Jean de Girval, à l’occasion de son départ à la retraite

36 F 297
ADCO, 36 F 297 - 1975

Après 33 ans d’activité dans l’usine, Jean de Girval (1914-2012) remercie les cadres pour leurs cadeaux. Il fait l’éloge de la musique durant son, discours.
En 1942, il prend en main les machines électro-comptables. En 1949 il dirige le bureau de la correspondance au sein du service commercial, auquel s’ajoute, en 1964, le service des expéditions. Après l’éclatement du service commercial spécialisé, il conserve le service transports-facturation, avant d’être appelé auprès de M. Legendre comme attaché de direction en 1970.


« Malfaiteurs » ou résistants ?

1072 W 15
ADCO, 1072 W 15 - 1944


Qui a mis le feu à la ferme du président Barjot ?

Dans la nuit du 9 au 10 août 1944, Alphonse Felix, cultivateur à Chatres, commune d’Entrains, voit sa ferme brûler. Mais le propriétaire est président de chambre honoraire à la cour d’appel de Paris, et il entend être remboursé. La procédure est embrouillée : on ne sait pas si ce sont les FFI ou les FTP qui ont mis le feu ; il semble que cet incendie volontaire soit le fait de résistants, en punition de faits de collaboration, mais que les résistants « se soient trompé de ferme » ; une lettre du 20 août 1946 indique que, « étant donné l’époque à laquelle s’est passée l’action et que le fermier agissant en bon français n’ait pas voulu dans ses déclarations mettre en cause la résistance ».
La confusion du dossier manifeste celle de l’été 1944, où se mélangèrent résistance et vengeances politiques ou personnelles, courage et amateurisme, euphorie et crainte des représailles.

W 23973
ADCO, W 23973 - 1944


Un organisme original : le Comité d’études et d’aménagement du Morvan (CEAM)

54 J 152
ADCO, 54 J 152 - 1965

Présidé par le comte Bernard de Vogüé, cet organisme a pour objectif de contribuer au développement harmonieux du Morvan. Il a déployé des activités dans de nombreuses directions. Ses archives sont conservées aux Archives départementales de la Côted’Or (sous-série 54 J).
Le 12 février 1965, le CEAM organise à Montsauche, conjointement avec le centre social, une « réunion cantonale d’information sur les problèmes d’économie et d’équipement ».


Menus travaux à la cathédrale de Nevers

L’architecte en chef des monuments historiques Lablaude joint, à son rapport à l’appui d’un projet de travaux, deux plans de la cathédrale pour montrer où doivent être pratiquées la « sculpture de motifs d’arcs » et « la réfection du chéneau entourant la couverture (déjà refaite) de la chapelle G – le chéneau est actuellement tel qu’il est resté après dommage de guerre ».

Les dossiers de travaux sur les monuments historiques sont versés aux Archives départementales de la Côte-d’Or par la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) (Conservation régionale des monuments historiques).


W 17163
ADCO, W 17163 - 1959


Rapport de la Chambre régionale des comptes sur l’hôpital de Cosne-Cours-sur-Loire en 1986

1728 W 83
ADCO, 1728 W 83 - 1983-1986

Pour permettre aux magistrats financiers de juger les comptes de l’hôpital, le dossier comprend le compte de gestion de l’exercice 1983, ainsi que la copie de diverses pièces administratives produites ou reçues par l’hôpital. La CRC demande des informations complémentaires, instaurant un dialogue (plus ou moins apaisé, suivant le cas) avec l’organisme contrôlé.


Les remparts de la Charité-sur-Loire

La restauration et la mise en valeur de la Charité-sur-Loire sont une œuvre de longue haleine. En 1993, Bernard Collette, architecte en chef des Monuments historiques, prévoit de faire nettoyer et consolider les remparts « par une équipe en formation professionnelle CFA-Bâtiments ». Les avis de l’inspecteur général et du conservateur régional des monuments historiques sont unanimement favorables : « une telle proposition est intéressante aussi bien par son efficacité que par son impact humain ».

2409 W 52


2409 W 52
ADCO, 2409 W 52 - 1993


Une subvention pour la société SONIMETAL à la Machine

2219 W 125
ADCO, 2219 W 125 - 1999-2002

Dans le cadre du contrat de plan État-Région, la préfecture de région verse à cette société de production de produits d’éclairage une subvention de 74.123,14 francs, pour l’achat d’une ligne de poinçonnage électrique et d’une soudeuse. Le dossier du Secrétariat général aux Affaires régionales précise que cette subvention est possible puisque la commune de la Machine est située dans une « Zone Objectif 2 » (Pays de Nevers et Sud Nivernais). Cette subvention est possible car le projet rentre dans les « tuyaux » administratifs suivants : Axe 1 (« Renforcer le tissu économique dans une perspective de développement durable »), Mesure 1.3. (« Accompagner le modernisation des entreprises, le développement des PME »), Sous-mesure a (« Moderniser les entreprises »), action a2 (« Moderniser l’appareil de production »). Admirable édifice bureaucratique européen, décliné à l’échelon régional !


Rapports de fouilles du «Bois des Huets » à Entrainssur-Nohain

Frédéric Devevey, parfois en collaboration avec une collègue, rend ces trois rapports de fouilles réalisés sous l’égide de l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (AFAN). Créée en 1973, l’AFAN fut remplacée en 2002 par l’INRAP, (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives). Ces rapports, richement illustrés, sont remis à la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC (Service régional de l’archéologie), laquelle les verse à son tour aux Archives départementales.

1706 W 79
ADCO, 1706 W 79 - 2000

1706 W 81
ADCO, 1706 W 81 - 2000

1706 W 80
ADCO, 1706 W 80 - 2000

 

> Télécharger la brochure