archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

La salle de lecture de l'annexe, 41 quai Gauthey, sera fermée exceptionnellement au public le vendredi 26 juillet 2024.

Cette « montre » d’armes du 2 décembre 1515 donne le nom des 156 gens de guerre composant la garnison du château d’Auxonne alors tout neuf, qui sont passés en revue pour recevoir leurs gages et soldes. Après le rattachement de la Bourgogne à la France, Auxonne devient une tête de pont française en terre d’Empire. Avec les châteaux de Beaune et de Dijon, celui d’Auxonne doit protéger la Bourgogne des incursions impériales. La carrière d’Auxonne comme ville de garnison venait de commencer... En juin 2023, Auxonne abrite le dernier régiment de l’armée de terre en Bourgogne, qui prend donc logiquement le nom de « Régiment de Bourgogne ».

 

B 11821 
 

Les acteurs

Ce sont 156 hommes de « mortepaie » qui sont passés en revue. Les mortes-payes ou troupes de petite-paye sont les troupes de garnison chargées d’assurer la défense des places fortes de frontière. Cette infanterie de place se distingue donc des compagnies de grande ordonnance, qui ont quant à elle vocation à faire la guerre sur le champ de bataille. Ces hommes d’armes ont des noms pittoresques : Grant Jehan Le Noir, Pousset de la Ramisse, Henry bastard de Chasles, ou encore Thomas du Lardon. Six d’entre eux sont dits « cassés » : nous dirions qu’ils ne sont pas retenus et qu’ils ont donc été licenciés ; le terme de « cassé » n’a pas alors le sens disciplinaire très fort et péjoratif qu’il a, par exemple, au moment de l’Affaire Dreyfus. Hugues de Nant, Etienne de Chinon, Philippe du Meix, François Lespine, Guillaume de la Salle et Pierre de Mirenois ont été « cassés » autour du 9 juin, puisqu’ils sont payés pour deux mois et neuf jours. Ils ont immédiatement et respectivement (comme l’atteste la mention « en son nom ») été remplacés par Gérard Bourrelier, Louis Guillaume, Mathelin Roussel, Andoche du Bois, Antoine Tricoche et Philippe Rapy ; logiquement, ces six hommes d’armes sont payés pour 21 jours du mois de juin (du 9 au 30). Les listes de noms sont une ressource utile pour la généalogie et l’onomastique. Ici la généalogie ne trouve guère son compte, car il n’y a pas d’indication de filiation, et que les noms comportent aussi des «  surnoms  », sans doute des noms de guerre – dont certains ont pu devenir des patronymes. Chacun des 156 hommes touche 100 sous par mois, soit 300 sous par trimestre. La somme totale de 46800 sous représente 2340 livres tournois, pour trois mois de gages de la garnison d’Auxonne. Or la somme totale payée par Jehan Saumaire aux deux capitaines est de 2346 livres, 6 sols et 8 derniers ; le surplus de 6 livres, 6 sols et 8 derniers n’est pas explicité dans l’acte.

11 Fi 106/17
ADCO, 11 Fi 106/17 Dans le château d'Auxonne,
au début du XXème siècle : une cheminée aux armes
de France, avec les salamandres du roi François Ier.

 

Les capitaines de ces gens de guerre se nomment Anthoine Godeffrey et Pierre de Chazerat, qui commandent ensemble la garnison. Jean de Plaisance est commis par le gouverneur de Bourgogne pour passer en revue les troupes et en dresser le « rôle », c’est-à-dire la liste. Ce rôle est « contrerollé » (contrôlé) et validé par Nicolas de Perelles, contrôleur des montres pour les portes-payes (cette fonction, pour les compagnies de grande ordonnance, est confiée aux secrétaires des guerres). Jehan Saumaire connaît bien le château d’Auxonne car il fut « commis au paiement des édifices des chasteaux de Dijon, Beaune et Auxonne », en 1491-14921 . Dans les dernières années du XVe siècle, il reçoit comme receveur et payeur des gages et solde des gens de guerre et des gens établis à la morte-paie pour la garde des places et châteaux de Bourgogne, 12.600 livres pour partie du payement de ces gens de guerre pour deux années2 . C’est lui qui va payer effectivement les gens d’armes en décembre 1515, non sans avoir visé le rôle établi par Jehan de Plaisance et contrôlé par Nicolas de Perelles. Cette revue est faite sous l’autorité de Louis II de la Tremoille, gouverneur de Bourgogne, lequel avait sauvé Dijon du péril suisse deux ans auparavant et qui venait de se distinguer à Marignan au mois de septembre ; il n’est évidemment pas présent à Auxonne.
 

Un brouillon réutilisé comme couverture avant 1519, mais réhabilité au rang de document d’archives au XIXe siècle

Cette montre d’armes ne porte pas les signatures ni les sceaux annoncés dans l’acte, ce qui donne le sentiment d’un brouillon non validé. L’examen du revers montre que le parchemin a été utilisé comme couverture pour le registre de Jehan Saumaire, receveur du bailliage de Dijon, pour une année comptable courant d’octobre 1513 à septembre 1514.

B 11821
ADCO, B 11821
 

Au revers : une couverture de registre en parchemin
 

Dijon ordinaire.
Comte XIXe de Jehan Saumaire receveur du bailliage de Dijon pour
ung an commançant le premier jour d’octobre l’an M Vc et treize et
finissant au derrain jour de septembre l’an M Vc et quateroze.

Saumaire
Pro camera compotorum

 

Or la montre pour servir au paiement des gages et soldes gens de guerre est établie le 2 décembre 1515 par le même Jehan Saumaire, qui occupe les fonctions de receveur du bailliage depuis 1496. Il est étrange que la couverture d’un compte de 1513-1514 ait servi de brouillon à un acte de la fin de 1515, sauf à imaginer que le compte est établi bien après la clôture de l’année budgétaire. Or ce 19e compte existe bien dans les fonds des Archives départementales.

Coté B 4545, il a été relié au XIXe siècle, et il n’a pas ou plus sa reliure du temps en parchemin. Pour comprendre comment l’acte réutilisé semble postérieur à la date de sa réutilisation, il convient d’observer la mention qui figure en tête du compte lui-même3  : « Mis en court par ledit receveur pardevant maistres Claude Bartot et Pierre Tabourot le XXe jour de mars l’an mil Vc XIX ». Le compte de l’année 1513-1514 a été mis au propre entre la clôture de l’exercice en octobre 1514 et sa présentation pour jugement à la chambre des comptes le 20 mars 1519. Rien d’étonnant, dans ces conditions, à ce qu’il ait été recouvert par Jehan Saumaire en réutilisant un brouillon de décembre 1515.

B 4545, f. 1
ADCO, B 4545, f. 1
 

Tout laisse donc penser que l’archiviste Garnier, qui a fait relier la série B, a choisi de retirer la couverture du XVIe siècle lorsqu’il a vu que le revers contenait le brouillon d’un acte dont l’original avait disparu. Le brouillon a été coté en B 11821 dans le tome 5 de l’inventaire de la série B, publié en 1878.

B 4545, f. 1
ADCO, B 4545, f. 1. Le compte dérelié.
 

Un château neuf

Après la mort du Téméraire, Auxonne sert de base aux troupes restées fidèles à Marie de Bourgogne. Mais bien vite la ville traite avec Louis XI : la petite cité d'outre-Saône et son comté demeurent français ; mieux, Auxonne devient une tête de pont française en terre d'Empire. D'où la décision de 1479, logique et rapide, d'y construire un château royal. La construction elle-même fut également rapide ; le traité de Senlis de 1493, qui confirmait la possession de la Comté par Maximilien, conforta le rôle de ville-frontière d'Auxonne, et la nécessité de finir rapidement la construction du château comme les travaux des murailles de la ville. Au début du XVIe siècle, le château est achevé, peu après celui de Dijon et peu avant celui de Beaune4 . Ces trois citadelles royales doivent protéger la Bourgogne des incursions impériales. La carrière d'Auxonne comme ville de garnison venait de commencer...
 

Transcription

Roole de la monstre et reveue fecte ès ville et chastel d’Auxonne le deuxieme jour de decembre l’an mil cinq cens et quinze, de cent cinquante six hommes de guerre establiz par le Roy nostre sire à la mortepaie pour la garde desdites villes et chastel, soubz la charge et conduite de Anthoine Godeffrey et Pierre de Chazerat, escuiers leurs capitaines, pour Monseigneur de la Tremoille, gouverneur de Bourgongne leurs personnes en ce non comprinses, par nous Jehan de Plaisance escuier commis par Monseigneur le gouverneur de faire et passer ladicte monstre et reveue, icelle servant a l’acquict de Jehan Saumaire commis par le Roy nostredit sire au paiement des gaiges et souldes de tous les gens de guerre estans a la mortepaie dedans les villes et chasteaulx desdits pays de Bourgongne. Et ce pour le quartier d’avril, may et juing derrain passé. Desquelx gens de guerre les noms et surnoms cy après s’ensuivent.

B 11821
ADCO, B 11821 (détail).


Et premierement

[Colonne n° 1]
Loys Turbillon Guerin Goujon Martin Millet Jehan Bourdin Jehan Fournier Yvonnet Salliou Grant Jehan Le Noir Pierre Rousseau Jehan Olgidro Pierre Massonde David du Pleissis Jehan des Prez Jehan de Laval Jehan Jardin Jehan de Banyes Nicolas Sevetier Jehan de Villiers Pierre Colin Bertholomy Galien Jehan Breton Mathurin Caumont Pierre Laigneau Thibault Barnier Nicolas Hubert Pousset de la Ramisse Pierre Gignet Jehan de Blesay Bertrand de Menambert Jehan Brey Jehan de Bruxelles Nicolas de Hubes Jacques Bramerot Jehan Clerc

[Colonne n° 2]
Pierre Guillaume Jehannin Colin Pierre Chabot Henry bastard de Chasles Anthoine de Sivaretz Jacquot Moreau Remond Moreau Mathelin Roy Jehan Fueillet Gregoire Caillebot Jehan Bourerellier Crespin de la Maire Le bastard d’Aiguesmortes Bertrand de Flocamberques Loup de Lorade Le bastard de Berens Simonnet de Rouvre Lantheaume de Saintour Jehan Greslier Jehan de Beaupaulmes Poton de Bonnain Jaques Guiot Jehan Guillaume Jehan Gibert Jullien Pechinot Hacquinot le Prince Helie Mannier François le Bigot Gilles de Raffay Pierre Gallon Hugues de Nant cassé, paié pour deux mois neuf jours Girard Bourrellier en son lieu pour vingt ung jours Jehan Pelle

[Colonne n° 3]
Arnault de Castillon Anthoine Aymé Jehan Buris Jehan de Vaulx Estienne de Chynon cassé paié pour deux mois neuf jours Loys Guillaume en son nom paié pour vingt ung jours Philippes du Meix cassé paié pour deux mois neuf jours Mathelin Roussel en son nom paié pour vingt ung jours François de Noncey Jehan Tabin Hector le Bigot Raoulet de Noncey Pierre de Bays Herard de Vion Charles de Grosery Anthoine de la Grange Jehan Bailh Jehan de Jurans l’ainsné Aubert Aubin Guillaume de Longuefort Loys Borton Jehan Mareschal Jehan Vatheron Guillaume le Breton Jehan Berard Pierre Rigault Bertholomy Castaigne Thadé Fournier Jehan de Bercus Pierre de la Roiche Jehannot Viers Jehan Millet Pierre Maignien Denys Vincent

[Colonne n° 4]
Jehannot de Jurens le Jeune Sauxon du Monter Guillaume Ravel Jehannot le Basque Verny Heurleu Bernard de la Salle Robinet le Vasseul Jehan de Presdeseille Jehan Trotin Mathelin de Bemur Regnault de Lestang Guerard Trepier Jehan de Ruffey Jehan Perrenet Raymonnet de la Pommerade François Vernault Claude Heliot Pierre des Prez François Genotelle Pierre Estourneau Julien Tison François Lespine cassé paié pour deux mois neuf jours Andoiche du Bois en son lieu paié pour vingt ung jours Thevenin grant Jehan Alber du Lardon Loys de Mommenart Jaques Preudomme Loys Richard Jamet du Vernault Guillaume de la Salle cassé paié pour deux mois neuf jours Anthoine Tricoiche en son nom paié pour vingt ung jours Loys Tondu Barutin André

[Signature:] le Fevre

B 11821
ADCO, B 11821 (détail).
 

[Colonne n° 5] Anthoine Lasnier André Puissot Pierre Jaqueau Samdrin Lainsné Jeahn Desmaretz Nicolas Flambert Grant Jehan de Saint Ligne Pierre Moisson Mathelin Robinet Thomas du Lardon Estienne de Rosieres Benoist de Muse Pierre de Mirenois cassé paié pour deux mois neuf jours Philippes Rapy en son lieu paié pour vingt ung jours Jehan de Bremulle Richard Rouhault Guillaume de la Fueillade Jehan Breschart Nicolas de Saint Martin Pierre Belot Anthoine Compaing Colin Pleissis Guillaume de Hornoy Thomas Roichet Jehan Bleteries Jehan Normandet Jaques du Puis Estienne de Misel Claude Payen

Somme totale CLVI hommes
 

Nous Jehan de Plaisance escuier commissaire dessusnomé, certiffions aux gens des comptes du Roy nostre sire et autres qu’il appartiendra avoir veu et visité par forme et manière de monstre et reveue tous les cent cinquante six hommes hommes de guerre dessus nommez et escriptz, lesquelx nous avons trouvez en bon et souffisant estat et habillement de guerre pour servir le Roy nostre sire a la garde desdits ville et chastel et ailleurs ou fait de ses guerres ou il lui plaira ordonner, capables d’avoir et recevoir les gaiges et souldes par eulx dessuz durant ledit quartier. En tesmoing de ce nous avons signé cedit present roole de monstre et reveue de nostre main et scellé du scel de noz armes les an et jour dessusditz.

En la presence de moy, Nicolas de Perelles, contrerooleur des monstres et reveues de tous les gens de guerre estably par le Roy a la mortepaie pour la garde des villes et chasteaulx des pays de Bourgoigne, tous les cens cinquante six hommes de guerre cy dessus nommez et escriptz ordonnez par le Roy nostre sire pour la garde des ville et chastel d’Auxonne, soubz la charge et conduite de Anthoine Godeffrey et Pierre de Chazerat escuiers, leurs capitaines, pour monseigneur de la Tremoille, gouverneur desdits pays de Bourgongne, leurs personnes en ce non comprinses, ont confessé avoir eu et receu de Jehan Saumaire, commis par le Roy nostre sire au paiement des gaiges et souldes de tous les gens de guerre estans a la mortepaie dedans les villes et chasteaulx desdits pays, la somme de deux mil trois cens vingt six livres six solz huit deniers tournois pour leurs gaiges et souldes du quartier d’avril, may et juing derrenierement passé, qui est au feur de cent solz tournois a chascun d’eulx par mois, dont ils ont esté paiez comptant selon qu’il est cy dessus declaré. De laquelle somme de IIm IIIc XXVI livres VI solz VIII deniers les dessusditz gens de guerre et chascun d’eulx en droit soy se sont tenuz contans et bien paiez. Et en ont quicté et quictent le Roy nostredit sire, ledit Jehan Saumaire et tous autres qu’il appartient par ces presentes, lesquelles en tesmoing de ce j’ay signées a leur requisition de mon seing manuel le IIe jour de decembre l’an mil cinq cens et quinze.

12 Fi 101
ADCO, 12 Fi 101. Plan et élévation d'Auxonne (1764).
 

12 Fi 106
ADCO, 12 Fi 106, Plan d'Auxonne : en haut à gauche de la ville, le château (vers 1680).
 

> Télécharger la brochure