archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

La salle de lecture de l'annexe, 41 quai Gauthey, sera fermée exceptionnellement au public le vendredi 26 juillet 2024.

Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

Avril - La triple seigneurie de Nolay, Molinot et Aubigny-la-Ronce à la fin de l’Ancien Régime

En 1779, Catherine Quirot, dame de Nolay et veuve d’Alexandre Mairetet, conseiller au Parlement de Dijon, fait établir le manuel de la seigneurie qu’elle a achetée en 1778. On y trouve une vue très précise de cette triple seigneurie et de ses tenanciers, à la veille de la Révolution : nom des possesseurs et détail des terres, montant des redevances féodales dues sur chaque terre. Ce volume, élégamment relié, est surtout remarquable pour les 27 plans (appelés « cartes ») qui représentent, à l’encre et au lavis, toutes les terres formant cette triple seigneurie.

 

Portrait d'une seigneurie

 

Catherine Quirot, dame de Nolay, veuve d’Alexandre Mairetet, conseiller au parlement de Dijon, en son vivant seigneur de Minot et de Barjon, acquiert la seigneurie de Nolay le 14 juillet 1778 du duc d’Aumont (par acte reçu au Châtelet de Paris). « Madame la Conseillère Quirot de Minot », en sa qualité de dame de Nolay, Molinot et Aubigny-la-Ronce fait établir ce manuel pour les trois membres de la seigneurie (Nolay, Molinot et Aubigny-la-Ronce) à partir des terriers (notamment celui de 1691) et des actes antérieurs établis par les ducs d’Aumont, précédents seigneurs. Denis Mairetet de Minot et Henry Mairetet de Thorey, ses fils, interviennent dans certains actes. La dame de Nolay, nouvelle acquéreuse, souhaite avoir de sa seigneurie (et des revenus qu’elle veut en tirer) la vue la plus précise possible.

 

Cens, terrier, manuel :
lexique de la gestion d’une seigneurie

 

Un bail à cens ou accensement est un acte par lequel un bien ou un droit est concédé à une personne, généralement à titre perpétuel, à charge d’entretenir normalement ce bien, de payer à certains termes une redevance annuelle fixe, en espèces ou en nature, et d’être éventuellement soumis à certains services.
Un terrier est un recueil de reconnaissances ou déclarations, établi soit sur un registre par une autorité (juridiction ou notaire), soit au fur et à mesure des mutations des tenanciers, soit à une date donnée, commune à toutes les tenures dépendant de la seigneurie censuelle ; le terrier donne le détail des droits, cens et rentes qui sont dus par le tenancier au seigneur.
Le manuel des rentes ou rentier est un livre d’administration sur lequel sont portées les sommes dues par chaque tenancier et les versements effectués pendant un certain nombre d’exercices, aux termes prescrits. 

Source : https://www.cei.lmu.de

 

Le terrier, qui « remet à plat » tenanciers et redevances à un moment donné, est un acte volontaire de la part du seigneur, qui obtient du Roi des lettres de terrier contraignant les tenanciers à faire leurs déclaration. Ici la dame de Nolay ne fait pas réaliser un terrier à proprement parler, mais elle fait compiler le terrier établi pour le duc d’Aumont en 1691 avec toutes les nouvelles reconnaissances féodales faites par les successeurs (héritiers ou acquéreurs) des tenanciers de 1691. Là où le manuel de 1779 diffère d’un terrier à proprement parler, c’est qu’il ne contient pas les mentions de versement des redevances annuelles ou bisannuelles. 
Ce manuel est donc un terrier qui ne dit pas son nom…

 

Une source exceptionnelle

 

Pour chaque tenancier on trouve : nom, qualité, filiation, date et notaire du dernier acte passé avec le duc d’Aumont, description du bien (avec, dans la marge, le n° de la carte, et celui, figuré en rouge, de la « figure » – en numérotation continue courant de carte en carte), le montant du cens.
Chaque carte ou plan comporte une ou plusieurs figures représentant les parcelles appartenant à la seigneurie, avec les confronts, les édifices, le nom des tenanciers et de leurs voisins, la surface et la nature de la parcelle (toppes, friches, vignes, etc.).
Parmi les familles des tenanciers : Beault, Bigarne, Bobin, Boisson, Carnot, Catin, Champgarnier, Charbonnier, Gueneau, Jacquelin, Joly, Lavirotte, Lamy, Marot, Maupoil, Moreau, Naudin, Petiot, Pillot, Poulleau, Seguin, Variot.
Ce document fourmille d’informations : patrimoine foncier des habitants de Nolay ; nom et nature de culture des parcelles ; patrimoine bâti, hydraulique et routier.

 

Deux magnifiques volumes

 

Le volume principal est relié en pleine veau havane moucheté, avec dos à 5 nerfs fleuronné, titre doré au plat supérieur (« Manuel de Nolay depuis 1691-1779 »), tranches rouges. Il est formé de 3 manuscrits in-folio reliés à la suite : Nolay (27 pages et 10 plans dépliants contenant 65 figures) ; Molinot (37 pages et 13 plans dépliants contenant 86 figures) ; Aubigny-la-Ronce (11 pages et 4 plans dépliants contenant 32 figures). En tête de chaque membre de la seigneurie, on trouve la table alphabétique des tenanciers. Le manuel comporte des additions manuscrites postérieures, jusqu’en 1784.
Ces 27 plans (ou « cartes ») dépliants sont dessinés à l’encre et rehaussés de lavis rouge, gris, vert d’eau, vert olive, beige, rose ; ils sont encadrés à l’encre.
La première rédaction manuscrite est reliée en vélin manuscrit de réemploi, avec pièce en titre de veau fauve contrecollée au plat supérieur (« Manuel de Nolay depuis 1691-1779 »), dos long avec titre manuscrit à la plume, attaches apparentes, 91 pages ; ce volume est dépourvu de plans. Ce volume préparatoire est moins complet mais, paradoxalement, son écriture est plus soignée que celle du volume définitif qui, lui, contient les 27 « cartes ». Mais l’ensemble (reliure, mise en page du texte et qualité des cartes) est d’une qualité et d’une fraîcheur exceptionnelles.

Ce manuel est donc un document à la fois précis, riche et beau : quelle meilleure invitation à étudier la seigneurie de Nolay à la fin de l’Ancien Régime ?

 

 

 

Manuel des cens de la seigneurie de Nolay, Molinot et Aubigny-la-Ronce, 1 J0 912 (entrée n° 8823 par achat du 21 janvier 2022)

Pour aller plus loin :

Famille Quirot : E 1245 ; E 1334 ; E 1579 ; 52 F 233 ; 1 J 1222-1 ; 145 J 5/4.
Histoire antérieure de la seigneurie de Nolay : E 41-46 ; E 894.

 


 

Archives départementales de la Côte-d’Or

 

> Consulter la brochure