archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

À compter du lundi 3 mai, les salles de lecture rouvrent leurs portes au public :
La salle de lecture de la rue Jeannin est ouverte au public du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, la veille à 15 h 30 au plus tard (
archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).
La salle de lecture de l’annexe Quai Gauthey est ouverte au public le vendredi matin de 9 h à 12 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, le jeudi précédent à 15 h 30 au plus tard (archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).

Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

Septembre - La Bourgogne pleure le Roi-Soleil

Droit du jeton

Droit du jetonLouis XIV meurt le 1er septembre 1715. Les 27-29 novembre suivants, les élus généraux des états de Bourgogne signent à Paris avec un fournisseur de métaux, Jean Lemercier, un graveur, Michel Reug, et une marchande spécialisée dans la fabrication de bourses, damoiselle Boucher, les contrats nécessaires à la fabrication de 15.750 jetons. Sur ces jetons, « il y aura d’un costé les armes de la province avec ces mots autour COMITIA BURGUNDIAE et sur l’autre face des dits jettons une pleine lune éclairant le monde avec ces mots ORBI LUX ALTERA et dans l’exergle (sic pour exergue) le milliaire 1715. » Les jetons, comme à l’accoutumée, sont distribués par bourse de 100 ou 50 jetons. En 1715, 158 bénéficiaires sont prévus.
 
Alors que les états de Bourgogne adressaient régulièrement des remontrances au Roi, notamment à la fin difficile du règne de Louis XIV, là, ils s’associent au deuil national, à la tristesse générale et à l’inquiétude devant l’avenir. Ces remontrances adressées solennellement lors des tenues sont aussi illustrées par les images et les légendes figurant sur les jetons émis à chaque triennalité. En 1715, Louis XIV, le Soleil, est mort. Un enfant qui n’avait pas encore six ans, lui succède. La Régence est confiée au duc d’Orléans. Il ne reste plus au monde, ORBI, que la lune, l’autre astre, LUX ALTERA, pour l’éclairer ! Un jeu de mots renforçant le sentiment s’y rajoute puisque orbi signifie aussi orphelins.     

Revers du jeton

Revers du jetonLes états de Bourgogne marquent encore une fois leur originalité par cette liberté de parole que n’ont pas les autres états - Bretagne et Languedoc – qui distribuent aussi des jetons, mais où ne figurent, la plupart du temps, que le portrait du roi avec sa titulature (au droit) et le nom et les armes de la province (au revers). Les jetons bourguignons montrent à chaque fois une recherche iconographique traduite par les plus grands graveurs de l’époque et une belle érudition latine (la légende de 1715 est tirée des poésies de Venance Fortunat, évêque de Poitiers mort en 600) qui servent l’éloge ou la critique du souverain et illustrent la situation présente en Bourgogne.

Archives départementales de la Côte-d’Or, liasse C 3345, folios 30-35 ; Claude Rossignol, Des libertés de la Bourgogne d’après les jetons de ses États, Autun, 1851, p. 209-210 ; Jacques Meissonnier (dir.), Musée archéologique de Dijon, monnaies & jetons, collection Ernest Bertrand, Dijon, 2009, p. 352-359.

Ill. Droit et revers du jeton n° 1184 de la coll. E. Bertrand au Musée archéologique de Dijon (Diamètre : 31,5 mm), photo J. Meissonnier.

Jacques Meissonnier
 

> Consulter les folios 30-35 du document C 3345