archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

À compter du lundi 3 mai, les salles de lecture rouvrent leurs portes au public :
La salle de lecture de la rue Jeannin est ouverte au public du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, la veille à 15 h 30 au plus tard (
archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).
La salle de lecture de l’annexe Quai Gauthey est ouverte au public le vendredi matin de 9 h à 12 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, le jeudi précédent à 15 h 30 au plus tard (archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).

Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

Novembre - Deux bombes sur Dijon !

Avenue Victor HugoLe 4 septembre 1917 à 11h05 du matin, deux explosions se font entendre dans Dijon. L'une d'elle près de l'avenue Victor Hugo (n°61 à l'époque), et l'autre près du chemin des Marmuzots (n°18).
 
Police et gendarmerie mènent l'enquête afin de savoir ce qui s'est passé. Les témoins n'ont pas vu d'avion. Certains affirment avoir entendu le bruit d'un moteur, d'autres un ronflement avant les explosions ou entre les deux. Les fragments de projectiles qui ont pu être récupérés ont ensuite été envoyés aux autorités militaires.

La question se pose alors de savoir s'il s'agit d'une maladresse commise pas un aviateur français ou si un avion allemand, volant à très haute altitude, a lâché ces deux projectiles.

Les autorités militaires de Longvic indiquent qu'il n'y a eu aucun exercice d'aviation ce jour-là. Elles précisent cependant qu'un avion aurait été aperçu, volant à une hauteur d'environ 3000 m.

Le 8 septembre le commissaire central signale au Préfet qu'un soldat d'artillerie travaillant du côté de Mâlain dit avoir aperçu un avion à « grande hauteur ». Ce même soldat rapporte que des prisonniers allemands travaillant eux aussi à Mâlain ont dit qu'il s'agissait d'un aéroplane allemand.

La conséquence de cette aventure est que le ministère de la Guerre décide de mettre à disposition de la ville de Dijon une section d'auto-canons avec un auto-projecteur pour assurer une défense aérienne minimum, en attendant la création du centre de défense contre aéronefs prévu depuis 1916 !


Liste des documents présentés :

SM 3242 :

-PV de gendarmerie du 4 septembre 1917 ;
-Lettre de la préfecture de Côte-d'Or à la sûreté générale (4 septembre 1917) ;
-Message (sans date mais du 4 septembre a priori) ;
-Document du commissaire central au Préfet (8 septembre 1917) ;
-Lettre du ministère de l'Intérieur au Préfet (28 septembre 1917) ;


9 Fi 21231-41 :

-Carte du 46 avenue Victor Hugo.
 

> Consulter l'intégralité des documents présentés

> Consulter la brochure