archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

À compter du lundi 3 mai, les salles de lecture rouvrent leurs portes au public :
La salle de lecture de la rue Jeannin est ouverte au public du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, la veille à 15 h 30 au plus tard (
archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).
La salle de lecture de l’annexe Quai Gauthey est ouverte au public le vendredi matin de 9 h à 12 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, le jeudi précédent à 15 h 30 au plus tard (archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).

Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

Juin - Une vue des peintures murales de l'église de l'ancienne abbaye de Saint-Seine en 1848, 69 J 532.

69 J 532L'abbaye de Saint-Seine, fondée au VIe siècle par le saint du même nom, est d'obédience bénédictine. L'église abbatiale, aujourd'hui paroissiale, fut construite entre le XIIIe siècle et le XVe siècle (ravagée par des incendies), dans le style gothique. Elle abrite des fresques exécutées en 1504 par le frère Parceval de Montarby représentant la vie du moine saint Seine (notamment son retrait au désert, son entrée au couvent, la fondation de l'abbaye et les miracles survenus de son vivant ou post-mortem).

En 1838, le ministre de l'Instruction publique donne à la Commission des Antiquités de la Côte-d'Or, institution départementale, une subvention de 1500 francs pour restaurer ces fresques dont l'état se dégrade. Le crédit étant insuffisant pour une telle restauration, la Commission en emploie une partie pour l'édification d'une barrière devant les peintures afin de les protéger du public, et l'autre partie pour les faire reproduire, sous la direction du graveur Monot, afin d'en garder trace. Cependant, comme ces dessins ne restituaient pas exactement les peintures de l'abbaye, la Commission demande en 1848 à Théodore de Jolimont, de passage à Dijon, de les reproduire à l'aquarelle et à la gouache.

69 J 532Théodore Basset de Jolimont, dans sa Description historique et critique et vues pittoresques dessinées d'après nature et lithographiées des monumens les plus remarquables de la ville de Dijon, en 1830, se décrit lui-même ainsi : ex-ingénieur, auteur de plusieurs ouvrages sur les mœurs et les antiquités du Moyen Âge, membre de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Caen, de la Société libre d'émulation de Rouen, de celle des antiquaires de Normandie et autres sociétés savantes. Peintre et lithographe, son ouvrage sur les fresques de l'abbaye de Saint-Seine présente les peintures de cette église, aujourd'hui en piètre état, avec une part de réinterprétation personnelle des œuvres.

Ce document fait partie du fonds iconographique de la Commission des Antiquités de la Côte-d'Or, dont l'inventaire a été achevé en mai 2015.

Mathilde Haushalter

Élève de l’École nationale des Chartes


> Voir l'intégralité du document