archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

À compter du lundi 3 mai, les salles de lecture rouvrent leurs portes au public :
La salle de lecture de la rue Jeannin est ouverte au public du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, la veille à 15 h 30 au plus tard (
archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).
La salle de lecture de l’annexe Quai Gauthey est ouverte au public le vendredi matin de 9 h à 12 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, le jeudi précédent à 15 h 30 au plus tard (archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).

Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

Janvier - François Adolphe Léon Carnot

Ce mois-ci, nous vous proposons de découvrir le fonds Sylvie Carnot qui contient la correspondance de François Carnot, député républicain, au début du XXe siècle.

Portrait Carnot

Paris 22 février 1872 ; Paris 24 décembre 1960.

Ingénieur de l’Ecole centrale des arts et manufactures.
Directeur de la manufacture des Gobelins. Avocat et propriétaire à Nolay. 
Délégué général aux Musées centennaux lors de l’Exposition universelle de 1900.

Chambre des députés, Beaune II mai 1902-mai 1910.
CG Nolay, juillet 1901-novembre 1910.

Portrait Carnot

Lettre LabrousseFrançois Carnot classe dans l'ordre alphabétique des correspondants les lettres qu'il reçoit de ses électeurs. Il met chaque lettre reçue dans un petit dossier sur lequel il inscrit le nom du requérant, la nature de la requête et la suite qu'il lui donne. Cet ensemble de plusieurs milliers de dossiers de demandes d'interventions est donné au Département par Mme Sylvie Carnot, propriétaire du château de la Rochepot et petite-nièce de François Carnot.

Généalogie Carnot

 

Lettre VarinCe fonds permet de comprendre les relations d'un député républicain, fils de Sadi Carnot, président de la République, avec les habitants de sa circonscription : demandes de postes, d'emplois, de secours, de mutations ou d'exemptions de service militaire.

La multiplicité des demandes montre aussi les aspirations de la société côte-d'orienne à la veille de la première guerre mondiale.


Fonds Sylvie Carnot, Archives départementales de la Côte-d'Or, 143 J