archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

À compter du lundi 3 mai, les salles de lecture rouvrent leurs portes au public :
La salle de lecture de la rue Jeannin est ouverte au public du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, la veille à 15 h 30 au plus tard (
archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).
La salle de lecture de l’annexe Quai Gauthey est ouverte au public le vendredi matin de 9 h à 12 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, le jeudi précédent à 15 h 30 au plus tard (archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).

Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

Août - Le « saint-jean » d’un typographe dijonnais, meilleur ouvrier de France en 1965

Portrait RehabiLe saint-jean désigne l'ensemble du matériel personnel et portatif de chaque typographe. C’est ce saint-jean qu’a donné aux Archives départementales M. Alain Réhabi-Sequeira, « Meilleur ouvrier de France 1965 », en mars 2015.

Voici ce qu’il comporte :

- Composteur ordinaire

- Composteur gradué

- Pince

- Trousse (réalisée par Mme Sequeira, mère adoptive du typographe)

- Numéroteur

- Galée

- Blocs de serrage de Ludlow

- Blocs et clef de serrage (de marque Bacher)

- Typomètre (gradué en cicéros et en centimètres)

- Spatule (pour étaler l’encre)

- Rouleau (pour coller les films)

- Caractères en plomb de différents modules & espaces fines en laiton

- Typomètres.

Matériel

Trois exemples de compositions, en plomb et serrées (avec une épreuve de chaque), montrent l’utilisation de ce matériel : texte sur le sourire en forme de cœur (une composition pour le texte imprimé en noir, une composition pour le texte imprimé en vert) ; annonce promotionnelle ; liste des diplômes du typographe.

Ce matériel a été en usage de Gutenberg à Bill Gates (exclus). Les logiciels de traitement de texte reprennent beaucoup des fonctionnalités que les typographes parvenaient à maîtriser à force de talent et d’expérience. Ce noble art est désormais cantonné aux musées ou à la virtuosité. Le saint-jean de M. Réhabi en perpétue désormais la mémoire aux Archives départementales de la Côte-d’Or.

Don Alain Réhabi-Sequeira, 4 mars 2015

1960-1995

1 J0 511


> Consulter la brochure


Saint-Jean

Saint-JeanPourquoi « saint-jean » ?

Saint Jean est l’auteur d’un Évangile et de l’Apocalypse. Mais pourquoi Saint-Jean-Porte Latine ? C’est le nom d'une fête de l'Église de Rome en l'honneur de l’apôtre et évangéliste Jean, dont la venue à Rome n’est pas attestée avant Tertullien. L'empereur Domitien le fit plonger dans une cuve d'huile bouillante. Cette dernière se transforma en bain rafraîchissant. Ce supplice eut lieu près de la porte de Rome menant vers le Latium et logiquement nommée depuis porta Latina ; c’est là que fut érigée l’église San Giovanni a Porta latina.

On comprend que saint Jean Porte-latine soit le patron des ciriers. Mais des typographes ? Parce que l’encre était fabriquée avec de l’huile ? parce que les caractères en plomb sont fondus ?