archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

À compter du lundi 3 mai, les salles de lecture rouvrent leurs portes au public :
La salle de lecture de la rue Jeannin est ouverte au public du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, la veille à 15 h 30 au plus tard (
archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).
La salle de lecture de l’annexe Quai Gauthey est ouverte au public le vendredi matin de 9 h à 12 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, le jeudi précédent à 15 h 30 au plus tard (archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).

Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

Document 7 - Cérémonies expiatoires pratiquées à Cîteaux

1501, 9 mai.— Abbaye de Cîteaux.
Cérémonies expiatoires pratiquées à Cîteaux en réparation de l’effraction dans le monastère de Marie de Savoie, épouse de Philippe de Hochberg, marquis de Rothelin, maréchal de Bourgogne, le 7 mai 1501, décrites par l’abbé.

Archives départementales de la Côte-d'Or,  11 H 29, f. 7 (recto et verso). 


11 H 29-01Transcription :
[F. 7r]

1.    Verum quia expiatio illa sufficere non
2.    videbatur ad expurgationem debitam tanti
3.    sceleris tanteque contaminationis, maxime
4.    pro celebratione missarum, ordinavimus
5.    quod crastino satis mane ponerentur stra-
6.    mina sicca et faciliter combustibilia co-
7.    piose in omnibus locis et viis infra septa monasterii
8.    in quibus mulier cum sua comitiva tamquam
9.    turbo de infectis nubibus prorumpens
10.    fuerat. Et ante celebrationem quarumcumque 
11.    missarum, sacerdote et ministris indutis,
12.    cum cruce et aqua benedicta ac copioso incenso
13.    in thuribulis rursum totus conventus ad
14.    primam portam monasterii solenniter processit. Ibidemque
15.    sacerdos ebdomadarius collectam sequentem
16.    decantavit : 
17.    “Domine Deus omnipotens, Beata Dei genitrix
18.    Maria, cum omnibus sanctis, vindicate
19.    et reparate injuriam et violentiam vobis
20.    et huic domui vestre injuste illatam. Et a
21.    consimilibus vel gravioribus nos et hanc
22.    domum vestram preservate. Per Christum…”

11 H 29-02[F. 7v]
1.    Deinde conventus antiphona et responsoria
2.    ad expiationem et expurgationem locorum pro-
3.    phanatorum pertinentia decantabat et, cru-
4.    ce precedente, morose procedendo, accoliti
5.    albis induti et cereos ferentes, dicta stra-
6.    mina incendebant. Subdiaconus aquam
7.    benedictam infundebat. Alii incensum thu-
8.    ris concremabant, nebulas flammarum
9.    in altum expellentes.


Traduction : 
[F. 7r]

Mais, comme cette expiation ne semblait pas suffire à expurger la dette d’un si grand crime et d’une si grande contamination, surtout pour la célébration des messes, nous ordonnâmes que, le lendemain de bon matin, fût disposée en abondance de la paille sèche et facilement inflammable dans tous les lieux et chemins à l’intérieur des limites du monastère, par où la femme et ses compagnes, comme un tourbillon surgissant de nuages corrompus, avait fait irruption. Et, avant la célébration de quelque messe que ce soit, toute la communauté processionna de nouveau solennellement jusqu’à la première porte du monastère ; le prêtre et les ministres étaient habillés, précédés de la croix, avec l’eau bénite et un abondant encens dans les encensoirs.
Là, le prêtre hebdomadier chanta la collecte suivante : 
« Seigneur Dieu tout-puissant, Marie bienheureuse Mère de Dieu, avec tous les saints, vengez et réparez l’injure et la violence faites injustement à vous et à cette maison qui est vôtre. Et préservez-nous, ainsi que cette maison qui est vôtre, de faits semblables ou plus graves encore. Par le Christ… »

[F. 7v]
Puis la communauté chantait les antiennes et répons destinés à expier et expurger les lieux profanés et, précédée de la croix, elle processionna tristement, tandis que les acolythes, revêtus de blanc et portant des cierges, mettaient le feu à ladite paille. Le sous-diacre répandait de l’eau bénite. les autres brûlaient l’encens dans les encensoirs, lançant les fumées des flammes vers le haut.


Commentaire : 
Le cahier de parchemin soigneusement calligraphié porte en tête la copie d’une bulle d’Innocent IV remettant les autorisations d’entrer à l’intérieur du monastère à la décision de l’abbé de Cîteaux. La suite du texte narre les faits : le marquis de Rothelin s’annonce à Cîteaux ; il est reçu avec les hommes de sa suite dans le monastère, tandis que l’on prépare un festin pour la marquise et les femmes de sa suite dans la basse cour. Mais la marquise entend entrer dans la clôture, arguant de son sang royal (elle est fille du duc de Savoie et petite-fille du roi Charles VII de France). Malgré la défense qui lui en est faite, la marquise s’impose, avec les femmes de sa suite. Après son départ, l’abbé procède à une aspersion d’eau bénite, pour réparer cette profanation. Mais cela ne suffit pas, et il faut des cérémonies expiatoires complémentaires.

 

> version imprimable