archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

À compter du lundi 3 mai, les salles de lecture rouvrent leurs portes au public :
La salle de lecture de la rue Jeannin est ouverte au public du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, la veille à 15 h 30 au plus tard (
archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).
La salle de lecture de l’annexe Quai Gauthey est ouverte au public le vendredi matin de 9 h à 12 h. La consultation des archives se fait uniquement sur inscription, avec réservation des documents, le jeudi précédent à 15 h 30 au plus tard (archives@cotedor.fr ou 03 80 63 66 98).

Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

Document 8 - Michel Audiard lecteur de saint Thomas d’Aquin ?

Sancti Thomae de AquinoTexte écrit entre 1266 et 1273.

Sancti Thomae de Aquino Summa Theologiae, prima pars secundae partis [dite Prima Secundae ou I-IIae], quaestio 40 [L’espoir et le désespoir], articulus 6.

(Textum Leoninum Romae 1891 editum ac automato translatum a Roberto Busa SJ in taenias magneticas denuo recognovit Enrique Alarcón atque instruxit. Source : http://www.corpusthomisticum.org/sth2040.html).

 

Respondeo dicendum quod iuventus est causa spei propter tria, ut philosophus dicit in II Rhetoric. Et haec tria possunt accipi secundum tres conditiones boni quod est obiectum spei, quod est futurum, et arduum, et possibile, ut dictum est. Iuvenes enim multum habent de futuro, et parum de praeterito. Et ideo, quia memoria est praeteriti, spes autem futuri; parum habent de memoria, sed multum vivunt in spe. Iuvenes etiam, propter caliditatem naturae, habent multos spiritus, et ita in eis cor ampliatur. Ex amplitudine autem cordis est quod aliquis ad ardua tendat. Et ideo iuvenes sunt animosi et bonae spei. Similiter etiam illi qui non sunt passi repulsam, nec experti impedimenta in suis conatibus, de facili reputant aliquid sibi possibile. Unde et iuvenes, propter inexperientiam impedimentorum et defectuum, de facili reputant aliquid sibi possibile. Et ideo sunt bonae spei. Duo etiam istorum sunt in ebriis, scilicet caliditas et multiplicatio spirituum, propter vinum; et iterum inconsideratio periculorum vel defectuum. Et propter eandem rationem etiam omnes stulti, et deliberatione non utentes, omnia tentant, et sunt bonae spei.

Texte 8 illustration

Ce qui donne, 700 ans plus tard : 
 
Les tontons flingueurs, 1963, film de Georges Lautner, avec des dialogues de Michel Audiard.
 

Je réponds en disant que la jeunesse est cause d’espoir pour trois raisons, comme le dit le Philosophe [Aristote] dans sa Rhétorique, II. Et ces trois raisons peuvent s’entendre selon les trois conditions du bien, qui est l’objet de l’espoir : qu’il est futur, difficile et possible, comme on l’a dit. Les jeunes ont en effet beaucoup d’avenir et peu de passé. Et, puisque la mémoire porte sur le passé, et l’espoir sur l’avenir, ils ont peu de mémoire et mais vivent beaucoup dans l’espoir. Les jeunes, à cause de leur chaleur naturelle, ont beaucoup d’esprit vital, ce qui donne de l’ouverture à leur coeur. Et l’ouverture du coeur, c’est ce qui fait tendre aux choses difficiles. Voilà pourquoi les jeunes sont pleins d’allant et d’espoir. De même aussi, ceux qui n’ont pas essuyé de revers ni expérimenté d’embûches dans leurs efforts pensent facilement que tout est possible. De là vient que les jeunes, qui n’ont pas fait l’expérience des embûches ni de leurs lacunes pensent facilement que tout est possible. Voilà pourquoi ils sont pleins d’espoir. Deux de ces causes se retrouvent aussi dans l’ivresse : la chaleur et la multiplication des esprits vitaux, à cause du vin ; ce qui provoque l’irréflexion sur les dangers sur les leurs lacunes. Et c’est pour la même raison que tous les sots et ceux qui ne réfléchissent pas tentent tout, et sont remplis d’espoir.

 

> version imprimable