archives.cotedor.fr

Archives départementales de la Côte-d'Or

La salle de lecture de la rue Jeannin et celle de l'annexe sont ouvertes au public selon des modalités adaptées à la crise sanitaire.
ATTENTION : places limitées, réservation obligatoire ; pour en savoir plus, cliquez sur le carrousel ci-dessous.
Les Archives départementales seront fermées au public le lundi 13 juillet 2020. Réouverture le mercredi 15 juillet à 8h30.
Vous êtes ici : Archives départementales de la Côte-d'Or /

Mars - Dijon, décoration du palais des États de Bourgogne

C 3807Ce mois-ci, nous vous proposons de découvrir le dessin en couleur d'un trumeau de tapisserie destinée à la salle d'assemblée des États de Bourgogne approuvé par les Élus le 15 mars 1766.

La décoration de la grande salle des États (inaugurée en 1700) affectait un caractère tout particulier aux périodes de réunions. Tout au fond, face à la tribune, un trône garni de velours de Gênes, couleur d'azur et semé de fleurs de lys d'or, était destiné au prince de Condé, gouverneur de la Bourgogne. Autour de lui prenaient place les dignitaires du clergé et de la noblesse ; en face, le Tiers-Etat et le public.

Les murs étaient tendus de grandes tapisseries : seules nous sont connues celles dont les Élus approuvèrent le dessin de Le Jolivet le 15 mars 1766, à quelques mois de l'assemblée triennale des États, qui eut lieu en juillet de cette année-là (occasion pour laquelle le prince de Condé invita la famille Mozart à séjourner à Dijon : on reviendra ici-même, en juillet prochain, sur cet événement qui touche de près les Archives départementales de la Côte-d'Or).

Le marché de ces tapisserie fut passé avec trois entrepreneurs de la manufacture d'Aubusson le 29 juillet suivant. Elles furent réceptionnées le 30 août 1768, non sans modifications par rapport au dessin original. Le dessin ici reproduit en représente le premier trumeau, situé du côté de la noblesse, à droite en entrant dans la salle.

Charles-Joseph Le Jolivet (1727-1794), fils d'un architecte de la province de Bourgogne, suivit les cours de l'école des Ponts-et-Chaussées. En 1753, il fut nommé sous-ingénieur pour l'entretien des chemins, puis, en 1766, architecte des États de Bourgogne. Après la suppression de cette charge, il fut rétabli dans sa fonction de sous-ingénieur, sous les ordres de Dumorey. Il fut guillotiné à Paris le 17 floréal an II (6 mai 1794).

Archives départementales de la Côte-d'Or, fonds des États de Bourgogne, C 3807 (28 x  44,5 cm).

Bibliographie : Yves Beauvalot, La salle des États de Bourgogne à Dijon, Dijon, 1987, p. 56-63 (Les Cahiers du Vieux-Dijon, n°12-14).

> Consulter le document grand format